Le rôle du turcologue Afad Gurbanov dans la résolution des problèmes de la linguistique turcique générale

Afad Gurbanov, éminent linguiste-turcologue et connaisseur des langues altaïques, était un scientifique dont l'activité créative englobait presque tous les domaines de la linguistique. Les questions linguistiques turkologiques occupaient une place particulière dans son activité scientifique.


Il est bien connu qu'impliquer les sujets linguistiques du monde turc dans toute recherche à grande échelle et exhaustive est l'un des problèmes les plus impérieux de la science actuelle. Le mode de vie, la langue, l’histoire de la formation et du développement des anciennes tribus et familles turciques et des territoires qu’elles habitent ainsi que les raisons de leur répartition sur ces territoires et d’autres questions n’ont pas encore été étudiés, ni au niveau requis, ni en profondeur.


Les recherches inlassables de ce scientifique désintéressé aboutirent à la monographie intitulée « Périodes de développement des noms personnels turciques », « Histoire de l'anthroponymie turcique », « Bibliographie de la linguistique turcologique », « Traductions nominales des peuples turciques », « Noms turcs anciens », « Langue turque commune » et autres livres.


Pour la première fois dans l'histoire de notre linguistique, la «linguistique turcologique» a identifié le rôle et les objectifs de la linguistique turcologique dans la turcologie générale, abordé la question de la position des langues turciques parmi les langues du monde et passé en revue les principes de classification des langues du monde, a fourni une analyse des classifications proposées en ce qui concerne les langues turciques dans l’histoire de la linguistique et a réalisé un regroupement des langues turques modernes. En outre, l'ouvrage passe également en revue les orientations de la recherche sur les langues turciques modernes et expose une approche sur la question de l'étude des anciens monuments écrits en langue turcique.


La fin de l'ouvrage traite de problèmes d'actualité de la linguistique turcique, tels que la nécessité d'une langue littéraire turcique commune, la création d'un centre linguistique turcique commun, la question d'un dictionnaire turcique commun, d'un alphabet turcique commun et le problème de l’enseignement mutuel des langues turciques.


Le professeur Gurbanov, empreint de retenue, de patience et de conviction, poursuivit ses travaux en vue de la création d'un alphabet et d'une langue communs turciques. L'un de ses vœux sacrés était de lier plus étroitement une zone peuplée de plus de deux cent soixante millions de personnes parlant, lisant et écrivant dans vingt-trois langues au moyen d'un alphabet unifié et d'une langue commune. Il fut l'un des initiateurs du développement et des compilateurs du projet d'alphabet turcique commun. En 1993, le projet d’alphabet commun en langue turcique élaboré avec la participation des représentants de six États turcophones - Azerbaïdjan, Kazakhstan, Kirghizie, Ouzbékistan, Turquie et Turkménie - fut adopté à Ankara pour un débat plus approfondi. L’objectif principal de l’alphabet commun est de permettre aux phonèmes de chacune des langues turciques de se refléter lors de la détermination des alphabets nationaux. L'alphabet développé, composé de 34 lettres, est important pour la réflexion des phonèmes (sons) de tous les peuples turcophones.


La création et la compilation de l'alphabetturcique commun comprenant 34 lettres nécessitèrent un intense travail de la part d'Afad Gurbanov. Selon Gurbanov lui-même, qui était l'un des premiers et principaux initiateurs et compilateurs du projet d'alphabet turc commun unifié : « Cet alphabet couvre les sons parlés de toutes les langues turcophones. La langue et l'alphabet turciques communs revêtent une importance historique particulière pour la formation et la mise en œuvre de l'unité politique, économique et culturelle des peuples turcophones. L’alphabet commun pourra jouer un rôle important dans l’étude et la sensibilisation à l’histoire, à la littérature, à la culture, au folklore et aux traditions des peuples turciques. »


Le projet d'alphabet turcique commun fut approuvé à la suite de discussions tenues en Turquie en 1993 avec la participation de scientifiques représentant tous les peuples turcophones.


L'idée de la création d'un « langage commun » pour le turcique est à nouveau apparue dans les années 1980. Cette idée attira encore plus l'attention en tant que problème extra-linguistique contemporain lors de congrès, conférences, symposiums et ateliers scientifiques organisés sur diverses questions linguistiques en Turquie, en Azerbaïdjan et en Ouzbékistan. La question d’une langue commune fit l’objet de discussions plus approfondies lors de la conférence tenue à Ankara par l’organisme de langue turcique en 1992. Cette question fut également accueillie favorablement et appuyée par les représentants d’autres nations du monde turcophone. En 1999, le professeur Gurbanov publia son livre intitulé « Une langue littéraire commune turcique » consacré aux principaux problèmes de la linguistique turcologique moderne.


En outre, avec son livre intitulé « Les bases de l’Onomatologie Azerbaïdjanaise », Afad Gurbanov en posa les bases scientifiques, non seulement en Azerbaïdjan, mais également en Turquie. Ce livre fut publié en turcique en Turquie sous le titre « Onomasigin sasları ».


Dans sa monographie « Linguistique générale », écrite pour la première fois en Azerbaïdjan sur une base nationale, Afad Gurbanov réalisa une autre première en linguistique mondiale en parvenant à intégrer des éléments en langue turcique dans son travail. Il introduisit un nouveau paragraphe sur la classification des langues du monde, qui constitue l'un des problèmes de la linguistique générale, et présenta une classification nouvelle et originale de la famille des langues altaïques. Ces innovations scientifiques furent très appréciées par les linguistes et les turcologues de divers pays et après traduction, la monographie fut publiée en trois volumes, en Russie et en Turquie.


Afad Gurbanov commença ses activités en tant que turcologue et expert dans le domaine des langues altaïques à l'époque soviétique. De 1984 à 1989, il fut membre du Comité des turcologues soviétiques de l'Académie des sciences de l'URSS, membre du bureau de la section d'onomastique turcique, chef de la section pédagogique et méthodique, puis devint vice-président du comité susmentionné. Lors de la création du comité, l'académicien A. Kononov fut nommé président à vie et l'académicien E. Teneshev vice-président. Par la suite, E. Teneshev fut nommé président et Afad Gurbanov son vice-président. Durant cette période, les académiciens A. Kononov, E. Teneshev, A. Sherbak et A. Gurbanov, parmi eux, furent admis comme turcologues de renom dans le monde turcique.


Afad Gurbanov a toujours maintenu des relations étroites avec ses collègues résidant dans des États de langue turcique et consacra beaucoup d’efforts à la solution commune des problèmes de turcologie et de linguistique turcologique. La reconnaissance et l’affection qui lui étaient vouées dans ces pays étaient dues à ses qualités personnelles et créatives.


Dès l'époque soviétique, Afad Gurbanov entretint des relations permanentes avec la Société de langue turque, créée par le grand Ataturk en 1927 et considérée comme l'institution scientifique la plus réputée au monde dans le domaine de la turcologie et de la linguistique turcologique. La direction de la Société de langue turque jugea nécessaire de consulter le linguiste-turcologue réputé et le consulta sur un certain nombre de questions. Afad Gurbanov avait acquis ce droit grâce à son intelligence, à l'ampleur et à la valeur de ses recherches.


Afad Gurbanov fut invité à Ankara par M. Suleyman Damiral, Président de la République de Turquie, et fut le premier Azerbaïdjanais à être accepté en tant que membre honoraire de la Société de langue turque.


Afad Gurbanov était connu comme un défenseur altruiste et un défenseur des valeurs morales et culturelles communes des peuples de langue turcique. Ses services dans le domaine de la linguistique turcologique sont indéniables. Les turcologues savent que les recherches du scientifique dans tous les domaines de la linguistique et en particulier ses études en linguistique générale, en turcologie et en onomatologie sont étudiées, lues et enseignées non seulement dans notre pays, mais également au-delà de ses frontières.